logo éditions domens « théâtre/Tangentes »

 

RETOUR PAGE D'ACCUEIL

RETOUR PAGE CATALOGUE

 

Série « Tangentes » à l’initiative de
-
Jean-Charles Domens et de Yves Gourmelon, série consacrée aux écritures croisées entre théâtre et écritures de l’oralité, qui ne correspondent pas nécessairement à l’idéal de la « pièce bien faite » mais qui, sans être abscons, incluent des recherches à la croisée des langages.
- de Lydie Parisse, une fois par an, la série s’enrichira d’un volume de recueil de textes de nouveaux talents, dans le cadre d’un prix d’écriture universitaire intitulé « Prémices#theatre-poesieorale», et concernant les masters de création littéraire.

 


EN MODE AVION
Spoken Word Tragedy

Louise EMÖ

isbn 978-2-35780-115-8        11 euros

Ça a à voir avec les mots. ça a à voir avec les gens. Ça a à voir avec les mots des gens que j’entends. Ça a à voir avec l’amour - des mots. Ça a à voir avec l’amour des gens. Ça a à voir avec l’amour inconditionnel des mots. Ça a à voir avec l’amour conditionnel des gens. Ça a à voir avec l’amour des mots que j’entends des gens sur le trajet. Ça a à voir avec les trajets dits. Ça a à voir avec la tragédie, oui. Ça a à voir avec jouer à rêver la tragédie d’aujourd’hui entre inconnus, ça a à voir avec qu’est-ce que ça veut dire connaître quelqu’un - ça a à voir avec ça oui, ce premier mot trop grand là, la rencontre.

Louise Emö est autrice, metteuse en scène, traductrice et slameuse. Après une formation en lettres et en langues, Louise Emö intègre l’Insas (Bruxelles) en master Écritures. Rencontre avec le slam à quatorze ans. Côtoyant le rap et entretenant un rapport pointilleux à la langue, elle cherche à faire coexister des formes d’art de la parole, sur un plateau, de façon scénique et conflictuelle, puriste et urbaine.

 

Télérama : "En mode avion - Des mots, rien que des mots... Spoken Word Tragedy, c'est un shot a capella de mots, balancés au micro commme un rap, comme un cri. Peut-être le dernier ! Ce sont des paroles qui évoquent un trajet en avion. Louise Emö est une performeuse du récit. Elle recueille des paroles dans la rue, dans les banques, dans les collèges... Elle les restitue dans une fresque verbale, à la fois documentaire et autobiographique, se faisant porteuse de tragédies" (Thierry Voisin)