logo éditions domens Nouveautés

RETOUR PAGE D'ACCUEIL

RETOUR PAGE CATALOGUE


COMPLAINTES DU POINT NOUÉ
La manufacture de Lodève

Roseline Villaumé

9782357801004    15 euros

 

Histoire d’un tapis destiné au palais de l’Élysée, imaginée à travers les vies croisées de trois licières, Alice, Leila et Fadilha, femmes de culture et de milieux très différents qui se découvrent, parfois s’affrontent, et finissent par conjuguer leurs efforts pour réaliser une œuvre commune.
Immersion dans l’univers feutré de l’atelier de tapis de Lodève – unique annexe en France de la Savonnerie – échappant aux exigences du temps, et créé à la fin de la guerre d’Algérie, pour donner du travail aux femmes de harkis qui maîtrisaient les techniques du tissage d’Algérie et du Maghreb.

Formée au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, Roseline Villaumé obtient un prix de la SACD à sa sortie en 1973.
Comédienne, elle se produit sur les planches comme sur les écrans. Installée en Languedoc-Roussillon à partir de 1982, elle se spécialise dans la mise en jeu de textes littéraires, dans la formation en milieu scolaire. Aujourd’hui, elle vit à Villeurbanne et se consacre à l’écriture.
C’est en 2012, habitant depuis peu Lodève, qu’elle a eu l’occasion de découvrir l’atelier de tapis lodévois.

 

 

 

LES REFLETS DU VERBE

Hamid Larbi

Poèmes

Calligraphies de Hassan Majdi

isbn 9782357801028     11euros

 
 
« Dans ce recueil, nous sommes mis à l’épreuve, interrogeant notre propre traversée, intervalle calligraphié avec subtilité, d’écueils, jusqu’à l’accueil instant. Aucune frontière n’est tracée de façon précise. De l’inspire à l’expire, nous sommes pénétrés par ce souffle. Du verbe au faire, agir le sens où se structure l’humain de l’intime à l’ultime... Les reflets du verbe, recueil de poésie de Hamid Larbi, vous offre l’étincelle de conscience aux caresses de l’instance. Un merveilleux voyage cœur, corps et âme. »
Fanny Abadi, artiste peintre


Journaliste et poète, né à Alger, Hamid Larbi vit et travaille à Montpellier. Auteur d’essais et de recueils de poésie traduits en espagnol, en italien, en arabe, en berbère et en russe, sa poésie prend sa source dans les profondeurs de l’âme humaine qui évolue vers un réalisme lyrique. En 1995, à Milan (Italie), il reçoit le prix en journalisme du Cercle de la presse de Milan pour « Giornalistà estera ». En janvier 2018, en France, il lui a été décerné le prix du Concours International de poésie, « L’Amour de la liberté », de l’Académie Européenne des Sciences des Arts et des Lettres (l’AESAL) accompagné de la Médaille commémorative Taras Chevchenko et a été élu membre de cette Académie.

 

LA VRAISEMBLABLE ASCENSION DE JOHN COLTRANE

Jean-Michel HIRT

978-2-35780-099-1   12 euros
« De sa vie, chacun est le porteur de valise. La mienne avec ses étiquettes d’hôtels qui bariolent son cuir en tous sens me vient du fond des âges sombres, un long périple, depuis Buchenwald jusqu’à New-York ; et depuis qu’elle m’appartient, je l’accompagne. Outre ce que l’on glisse dans une valise – objet aussi indispensable qu’un miroir pour un être humain –, celle-ci contient les notes précieuses d’un chef d’œuvre, gravées dans un microsillon dû à John Coltrane, A Love Supreme. Depuis l’adolescence, je n’ai cessé d’écouter cette suite musicale : elle est le fruit d’un saxophoniste exceptionnel qui m’a appris à entendre ce que les hommes ne parviennent pas à dire. »
Voici ce qu’Ismaël, l’auteur de ce récit né de la rencontre d’une valise et d’un microsillon, partage avec ses amis, lors d’une nuit d’été au cap Fréhel, à l’écoute de cette composition sans pareil. La valise a résisté aux catastrophes du siècle dernier et le microsillon retient un chant qui respire avec ampleur. Telle une bouteille à la mer, A Love Supreme donne accès à ce lieu situé entre ciel et terre où Coltrane dans son Ascension va côtoyer ces héros de la dignité humaine que sont Martin Luther King, Malcolm X, Frantz Fanon, l’émir Abd el-Kader et Yasujirô Ozu.


Jean-Michel Hirt est l'auteur de plusieurs essais inspirés par les écrits des mystiques et de la psychanalyse.
ll vit à Paris et en Bretagne.

 

 

 

EN DEHORS DES JOURS

Roger Aïm

Roman

isbn 978-2-35780-095-3      11 euros

 

Les années se sont ajoutées aux années délivrant des doses égales de déception et de griserie. Ce soir, lorsqu’il passera le portillon de l’usine, il sera retraité. Personne ne se sera rendu compte de son arrivée et personne ne remarquera son départ.
C’est ainsi que commence l’histoire de cet ingénieur qui depuis toujours se sentait proche d’un Maupassant fonctionnaire résigné aux ministères de la Marine et de l'Instruction publique qui attendait le soir où la plume à la main, il reprendrait enfin vie.
Dans ce dernier jour d’usine, jour en dehors des jours, il classe, jette, range, dépose en vrac dans un carton ses derniers morceaux de vie comme pour détacher de lui son ombre. Enfin libéré, il retrouve son abri, sa tanière et son vieux compagnon – un bureau moucheté de taches d’encre – pour écrire, en une nuit, les aventures de Monsieur M.

Roger Aïm, ingénieur et auteur, a fait toute sa carrière dans l’industrie aéronautique et spatiale. Passionné de littérature, il se consacre désormais à l’écriture. Fervent admirateur de l’œuvre de Julien Gracq, il a notamment publié Julien Gracq - 3, rue du Grenier à Sel, aux éditions Portaparole, 2012 et Julien Gracq – Jour d’octobre, aux éditions La Simarre Christian Pirot, 2016.

POEMES    

Serge Michenaud

Préface de Frédéric Jacques Temple

isbn 978-2-35780-088-5     25 euros    

 

« Sans doute faudrait-il le secours de la psychanalyse pour étudier les arcanes d’une poésie qui, dès Scorpion-Orphée, s’est placée sous son patronage et qui fait du langage le lieu où se liquide et se recrée à la fois notre subjectivité ….
L’œuvre de Serge Michenaud apparaît comme une tentative désespérée de retrouver le paradis perdu de l’enfance et par là même de refaire, par la parole, l’unité d’un moi éclaté. Mais cela n’aurait probablement pas suffi à faire de Michenaud un grand poète, s’il n’avait su donner à sa poésie un ton de légende, puisé aux sources même de la poésie bretonne, et bien qu’il s’en défendit, user de façon souvent admirable de toutes les ressources du chant. »
Raoul Bécousse
Extrait de la revue Nouvelles à la main, n°13 bis,
Éditions Henry Fagne, Bruxelles, 1977.
Serge Michenaud est né le 3 novembre 1923 à Machecoul, près de Nantes. Au gré d’une carrière administrative, il a vécu à Toulouse à Montpellier et enfin à Bordeaux jusqu’au 31 octobre 1973, jour de sa mort.
Le présent volume réunit tous ses recueils.

VIGNE D'OCTON  

 Un utopiste contre les crimes de la République

 Marie-Joëlle Rupp

 isbn 978-2-35780-096-0     16 euros

 

 

« J’ai fait ce rêve. Il y avait sur la terre une justice pour les races soumises et les peuples vaincus. Fatigués d’être spoliés, pillés, massacrés, les Arabes et les Berbères chassaient leurs dominateurs du nord de l’Afrique, les Noirs faisaient de même pour le reste de ce continent, et les Jaunes pour le sol asiatique... » (La Sueur du burnous, 1911)
Ainsi éc
rivait Paul Vigné d’Octon, cinquante ans avant Martin Luther King.

Né à Montpellier en 1859 et mort à Octon (Hérault) en 1943, il était médecin de la Marine. Ayant servi en Afrique en pleine période d’expansion coloniale, il a été le premier à porter à la tribune de l’Assemblée nationale le récit des massacres perpétrés par les armées coloniales et ses supplétifs.
Député de l’Hérault, conseiller général du canton de Lunas, maire d’Octon, il se bat sur tous les fronts des avancées sociales tout en poursuivant une carrière d’écrivain – romans régionalistes et enquêtes journalistiques. Las de ne pas être entendu, il se fait pamphlétaire pour brocarder tout autant les abus de pouvoir dans les colonies que les impérities des services de santé durant la Première Guerre mondiale dont il révèle maints scandales. Au début des années 1920, il abandonne la politique pour se consacrer à la propagation des doctrines naturistes et de la psychanalyse, alors peu connue. Utopiste, visionnaire, un demi-siècle avant Césaire, il a mis l’accent sur le « choc en retour de la colonisation » qui corrompt et avilit tout autant le colonisateur que le colonisé. Acteur et témoin, il apporte à une période cruciale de l’histoire de la République un éclairage unique sur les mœurs parlementaires et les questions-clés de son temps qui restent plus que jamais d’actualité.

Marie-Joëlle Rupp, journaliste, auteur de plusieurs biographies et essais, est aussi scénariste.

 

 

LA TRAVERSÉE

Moni GRÉGO

Récit

isbn 978-2-35780-098-4    11 euros

 

Une vieille femme quitte brusquement sa campagne où plus rien ne l'attache, pour traverser la France, du Sud vers le Nord, et aller – qui sait ? – mourir dans un lieu qui ressemble étrangement à un théâtre puisque les vivants et les morts y règnent. Parfois même ils chantent, rêvent, racontent...
Un monde quitte un être, ici le monde rural, comme un fleuve son lit. Cet écoulement prend la forme d'un récit, qui peu à peu se vide de sa substance... Un aller simple, une traversée aux paroles précaires que seul le havre d'un théâtre peut encore accueillir, comme un lieu d'écoute universelle, absolue, un dernier refuge chaleureux pour nos identités en devenir.


Moni Grégo est écrivain et scénariste. Elle est aussi actrice, metteur en scène, directrice de la Compagnie de la Mer.

Illustration de couverture : La digue de rochers au bord de la Méditerranée entre Sète et Frontignan "Je chante sur mon chemin" de René-François Grégogna.